portrait petite

Portrait de Petite : Marion, fondatrice des huiles de beauté Oden

mars 11, 2019

J’ai eu la chance d’interviewer Marion, une petite d’1,60m, fondatrice des huiles de beauté Oden. Les huiles Oden, ce sont des huiles de beauté d’une qualité exceptionnelle fabriquées en France, avec des ingrédients français. Je ne vous en dis pas plus. Je vous laisser découvrir tout ça!

Julie : Bonjour Marion, est-ce que tu peux commencer par nous parler de toi et de ton parcours?

Marion : Je viens d’avoir 29 ans et je vis à Paris. J’ai fait des études de commerce (l’ESSCA à Angers) où je me suis spécialisée en entrepreneuriat. A côté de mes études, j’ai toujours été passionnée par la botanique. J’ai toujours eu la chance d’avoir un jardin et j’ai ainsi pu cultiver mes propres plantes. Et ça fait déjà depuis 10 ans que je fabrique aussi mes propres produits cosmétiques.

J’ai toujours voulu entreprendre mais sous les conseils de mes parents, j’ai commencé par travailler en entreprise. Avant de créer Oden, j’ai finalement fait pas mal de choses. J’ai commencé par un stage fin d’études chez Yves Rocher, puis un autre chez Balenciaga. Ça ne m’a pas plu. J’ai ensuite travaillé pour un agent textile. J’avais un porte-feuilles de marques étrangères et je devais les implanter en France. Le travail de commercial était très intéressant mais au bout d’un an, j’avais fait le tour. Puis, j’ai travaillé chez Wishibam pendant un an, c’est la start-up d’une amie qui distribue des produits de beauté et des vêtements. Je gérais les marques de beauté et c’est en échangeant quotidiennement avec toutes ces marques que je me suis dit qu’il y avait quelque chose à faire en cosmétique naturelle avec des plantes françaises.

Julie : C’était en quelle année?

C’était en 2016. J’ai eu comme un déclic. Travailler en entreprise ne me convenait pas. J’ai donc pris mon courage à deux mains, j’ai négocié une rupture conventionnelle et j’ai commencé à plancher sur mon projet de marque de cosmétique française. Aujourd’hui, beaucoup de marques se revendiquent made in France. Le produit final est formulé en France, mais les ingrédients viennent des 4 coins du monde. Car c’est très compliqué de trouver des matières premières françaises et surtout, c’est beaucoup plus cher car il y a peu d’offre.

Mon objectif a toujours été de créer des cosmétiques français, formulés en France, avec des matières premières produites en France.

Julie : Parlons donc maintenant d’Oden. Peux-tu nous retracer les débuts de la marque?

Marion : Pour faire des produits, il faut des ingrédients. J’ai donc commencé par faire un tour de France des agriculteurs pour trouver ma matière première.

Julie :  Tu t’es fixée un périmètre géographique particulier?

Marion : Non, je ne me suis pas fixée de périmètre géographique précis car c’est déjà très difficile de trouver les bons partenaires. Je ne me suis donc pas fixée de contraintes supplémentaires. J’avais identifié 5 agriculteurs dans 5 zones géographiques différentes et je me suis déplacée pour leur parler de mon projet et pour valider notre partenariat. J’ai donc commencé l’aventure avec 5 agriculteurs.

Les débuts ont été difficiles. Je suis passée par le mauvais laboratoire. Juste pour t’expliquer comment ils procèdent : ils te font des packages, où ils te développement un produit cosmétique de A à Z. Ils élaborent la formulation et choisissent les ingrédients pour toi à partir d’un cahier des charges. Je suis au début passée par ce type de prestation. J’ai choisi un laboratoire, je leur ai fait un cahier des charges en précisant que je voulais des ingrédients français. Je leur ai fait confiance, j’ai payé un premier acompte et le laboratoire est revenu vers moi pour me dire que mon cahier des charges était irréaliste, que mon projet était idéaliste et irréalisable. Je me suis fait avoir! Je suis donc allée à la quête d’un autre laboratoire et je suis tombée sur une structure géniale qui a accepté que je développe moi-même ma formule, que je choisisse mes propres ingrédients et que je les leur donne pour qu’ils les mette en bouteille.

J’ai ensuite trouvé une superbe graphiste pour nous accompagner sur le projet. Je voulais un packaging simple qui reflète l’excellence de la matière première.

A ce moment, ma mère en avait marre de son travail. Je lui ai donc proposé de rejoindre l’aventure et elle a accepté!  A 55 ans, elle s’est aussi lancée dans l’entrepreneuriat.

Julie : Les huiles Oden, c’est donc une belle histoire de famille! Est-ce que tu peux nous en dire plus sur la gamme de produits que distribue Oden?

Marion : Il y a un an, la gamme de produits Oden était constituée de 7 huiles végétales pures; chaque huile végétale étant adaptée à un type de peau. La gamme d’huiles est composée des huiles suivantes :

  • l’huile de prune : une huile très riche,
  • l’huile de mirabelle : une huile qui convient à tous les types de peaux et aux peaux normales,
  • l’huile d’amande douce : une huile riche adaptée aux peaux sensibles,
  • l’huile de noisette : une huile qui aide à réguler le sébum de manière naturelle,
  • l’huile d’onagre : une huile qui combat les premières rides,
  • l’huile de bourrache : une huile qui répare les tissus en profondeur pour les peaux desséchées et ridées,
  • l’huile corps : une huile à base de carotte pour avoir un joli teint hâlé.

Depuis, la gamme de produits s’est étoffée. Nous avons sorti un baume à lèvres complètement naturel et vegan. Il est composé de seulement 6 ingrédients : trois huiles, cire d’abeille, miel et vitamine E. Je suis sidérée quand je vois les compositions de la majorité des baumes à lèvres (qui contiennent des huiles minérales) alors qu’on peut faire tellement mieux!

Nous proposons également :

  • un sérum : c’est un mélange d’huiles d’onagre, de cerise, et d’argousier (bio et française bien évidemment). C’est une matière exceptionnelle car il n’y a qu’un seul producteur biologique d’argousier en France,
  • une eau florale composée de fleurs à 100% : géranium, rose et reine des près.

Julie : Où peut-on se procurer les produits?

Marion : On vend pas mal sur Internet mais on est également distribué dans une vingtaine de boutiques. Nous sommes présentes dans des très jolies boutiques de cosmétique naturelle pointue mais aussi dans les Naturalia Origine à Paris.

Julie : J’ai lu que vous étiez en train de créer des jardins biodynamiques en France, est-ce que tu peux nous en dire plus?

Marion : Il y a deux chantiers qui sont en cours :

  • Un premier à Piriac; un petit village dans lequel ma mère et moi sommes originaires. Notre objectif est bien évidemment de cultiver des plantes pour nos produits, puis de l’ouvrir au public et d’organiser des ateliers pour montrer comment on passe du fruit brut à un cosmétique 100% naturel. L’ouverture est prévue pour cet été,
  • Un second en co-création avec mon copain qui est également entrepreneur. Il a élaboré un robo-culteur, c’est un robot qui cultive à la place de l’homme et qui permet donc de cultiver à des endroits difficilement accessibles pour nous. Nous avons ensemble, remporté un toit du 15ème arrondissement de Paris, via le concours Pariculteurs. Nous allons donc faire pousser des fleurs, à Paris pour en faire des baumes à lèvres en édition limitée.

Julie : Et les robots sont prêts?

Marion : Le prototype du robot est prêt, il y a seulement quelques améliorations à apporter mais il devrait être fonctionnel pour cet été.

Julie : On va maintenant parler de petite taille. Tu mesures 1,60m. Est-ce que tu te considères comme une « petite »?

Marion : Ça dépend. Il y a des périodes où je me sens petite parce que je me retrouve sur la plage avec des grandes copines. Mais il y a aussi des périodes où je ne me trouve pas petite, mais plutôt dans la moyenne. Je me suis toujours dit que je serais mieux avec 5 cm en plus mais finalement, je n’ai jamais mal vécu cette petite taille.

Julie : Quel est ton style vestimentaire? Comment tu aimes t’habiller dans la vie de tous les jours?

Marion : C’est assez varié, ça dépend des périodes mais je me rends compte que je mets souvent les mêmes vêtements.

J’ai toujours eu un souci pour trouver des jeans parce que j’ai des petites jambes. J’ai testé les slims de chez Maje et je trouve qu’ils sont très bien coupés. Bien sûr, je dois les faire retoucher parce qu’ils sont trop longs. Mais je trouve que la coupe convient bien.

En ce moment en hiver, j’aime bien mettre un jean, des belles baskets et un joli pull.  Depuis que je suis entrepreneur, je ne mets plus de talons. J’ai un style plutôt casual. J’aime bien m’habiller mais je ne me prends jamais la tête avec mes vêtements!

Julie : Quelles sont tes marques de vêtements préférées?

Marion : J’ai des marques de prédilection par types de pièce.

Pour les jeans slim : Maje

Pour les pulls : Des Petits Hauts

Pour les hauts et la lingerie : Petit Bateau

Pour les baskets : Veja (je chausse du 36). J’adore cette marque. J’ai leurs baskets en cuir doré et en cuir argenté. J’ai l’impression de faire du bien à la planète quand je les achète.

Pour les robes : Bimba y Lola. J’achète toujours quelques robes chez Bimba y Lola aux soldes. Elles me vont bien, je n’ai jamais besoin de les retoucher. J’aime beaucoup également la marque Bash.

Pour les manteaux : je me suis récemment acheté une doudoune Fusalp.

Julie : Si tu devais partir sur une île déserte, quel produit de la gamme Oden choisirais-tu?

Marion : Je choisirais le sérum!

Julie : Et pour finir, peux-tu nous partager ton coup de cœur du moment?

Marion : J’ai un coup de cœur pour une plante qui s’appelle la saponaire. C’est une plante dont les fruits, les racines, les feuilles et tous pétales font de la mousse au contact de l’eau. Les Anciens se lavaient avec. C’est une plante oubliée, très jolie, aux fleurs délicates, et qui a surtout une superbe utilité!

Julie : Un grand merci Marion pour ton temps! J’ai adoré découvrir ton parcours et l’univers des huiles Oden. A très bientôt!

J’espère que ce portrait vous a plu. Pour en savoir plus sur les huiles Oden, rendez-vous sur le site Internet ici.

Vous Aimerez Aussi

Aucun commentaire

Répondre